Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer

Projets réalisés

Projet d'autonomisation des femmes de Diongaga, Cercle de Yélimané, à travers l'alphabétisation fonctionnelle et les activités génératrices de revenus

Diongaga est le chef-lieu de la commune de Diafounou-Diongaga, située dans le Cercle de Yélimané, Région de Kayes, à l’Ouest de la République du Mali. Son climat étant de type sahélien (température moyenne de 29°C), les principales activités économiques rurales (l'agriculture et l'élevage) sont très tributaires des conditions climatiques particulièrement extrêmes de cette région. La population du village est estimée à 6 000 hbts.

Avec notre partenaire local, l’Association d’Appui aux Actions de Développement Rural (ADR) de Yélimané, un programme de deux ans a pu être mené à bien. La première année visait l’alphabétisation fonctionnelle de 235 jeunes femmes, afin qu’elles apprennent à lire, écrire et compter en Soninké, langue vernaculaire. La 2ème année du programme a visé la promotion d'actions génératrices de revenus et d’auto-emploi en faveur des femmes.

Cette deuxième année du programme a visé un double objectif

  • Autonomiser 150 jeunes femmes de Diongaga à travers l’accompagnement à la mise en place d’activités génératrices de revenus

  • Sensibiliser 50 adolescents de Montreuil et de Diongaga aux réalités de l’éducation dans d’autres régions du monde et de leurs répercussions sur le monde économique.

Résultats :

  • 90 femmes ont suivi les cours de gestion-comptabilité et elles femmes tiennent bien les comptes et sont capables de prendre des décisions sur les activités à mener

  • Les 30 meilleures auditrices de la première année du programme ont été formées et ont réussi la formation de formatrices relais

  • 150 femmes utilisent les séchoirs solaires et le matériel de conditionnement avec efficience

  • 150 femmes entament le processus de mettre en place au moins une AGR

  • des échanges ont été effectués entre les élèves du Collège Jean Moulin et celui de Diongaga, comme en témoignent les 2 kakémonos réalisés, et une animation d’Education à la Solidarité internationale a été menée dans les deux collèges (documentaire « Sur le chemin de l’école » et débat mouvant sur le lien entre éducation et développement communautaire).

    Accompagnement des femmes pour les débouchés économiques

Après la formation en séchoirs solaires, le défi reste l’écoulement des produits transformés. L’accompagnement a consisté en des séances d’animation et d’échanges avec les femmes afin d’anticiper les problèmes éventuels d’écoulement des produits transformés (séchés). En effet, le séchage solaire est reconnu dans le milieu de façon traditionnelle. Il est pratiqué par les femmes pour certains produits qui servent de condiments (tel le gombo, les feuilles de baobab, le bisap ou l'oseille). Il sert beaucoup plus à un objectif d’auto-consommation que de vente.

Le séchage moderne (objet de cette formation) vise un but plus commercial et doit obéir à certaines exigences (de couleur, de saveur, de mode de présentation, d’hygiène, etc), d’où l’utilité des séchoirs modernes et du conditionnement.

Les échanges ont porté sur les facteurs favorables pour la mise sur le marché, l’écoulement des produits et les différents canaux pour faire connaître ces produits.

Cette animation a permis aux femmes de se faire une idée du défi que représente l’écoulement des produits séchés. Malgré l’absence de ces produits séchés de type moderne sur le marché local, les femmes ont affirmé qu’il existe un réel marché potentiel. Toutefois, elles vont utiliser les différents canaux (à la fois traditionnels et modernes) pour faire connaître leurs produits transformés.

On peut affirmer, comme Mme la Maire de Diongaga, que les femmes du village sont désormais outillées pour leur autonomisation économique après la mise en œuvre de ce projet à plusieurs composantes.

D’ores et déjà, elles sont enviées par les femmes d’autres communes du Cercle de Yélimané pour avoir eu cet important projet de renforcement des capacités et d’autonomisation.

Toutefois, elles auront encore besoin d’un accompagnement de la part des services techniques, des ONG locales et de la collectivité afin de consolider et de pérenniser ces acquis précieux. Ainsi, l'ADR suivra encore sur deux trimestres les résultats des débouchés économiques. C’est le lieu de remercier encore tous les partenaires techniques et financiers qui ont contribué à la mise en œuvre de ce projet.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus