Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer


Projet de permaculture porté par l'ANGMV, en partenariat avec le CEPAZE

Dans ces zones arides, confrontées aux défis du changement climatique et de son lot d’insécurité alimentaire, de dégradation des terres et de pauvreté rurale, une gestion intégrée durable des RN peut offrir des bénéfices en matière d’environnement, de climat, d’alimentation et de moyens de subsistance. Ainsi, le projet renforcera les capacités d’adaptation au CC des petits exploitants agricoles, plus particulièrement les femmes (activités maraîchères et pépinières), les jeunes (élevage et pisciculture) et les forestiers : par l’amélioration de leurs conditions de vie et de leurs moyens d’existence par le développement de CV, par une réduction des dépenses (fertilisants, eau, semences OGM,…), et par des activités diversifiées. 

 

Environ 60 000 bénéficiaires directs et 925 000 bénéficiaires indirects des 3 Cercles de la Région de Kayes (Kayes, Yélimané et Nioro du Sahel) (75 % de femmes et leurs foyers, 15 % de jeunes pour les transhumants et 10 % de forestiers, sans compter les forgerons qui contribueront à rendre le Mali autonome en matière d’outils soucieux de l’environnement).

Il aura comme co-bénéfice d’améliorer la résilience des écosystèmes (25 000 ha de terres restaurées : reboisement diversifié et multi-étagé, intégration de l’agro-sylvo-pastoralisme et de la pisciculture, récupération maximale des eaux de pluie, gestion des parcours pastoraux et des pâturages).

Le design permacole qui sera utilisé pour chaque site s’appuiera sur une analyse participative (communautés et élus) exhaustive des ressources éco-systémiques de façon à répondre aux besoins exprimés. Ces besoins ont été identifiés à la fois par les acteurs formés à la permaculture qui opèrent dans les 3 cercles concernés et par l’évaluation participative des élus et de la population reprise dans les PDESC.

Les objectifs spécifiques sont de :

  1. Intégrer la planification holistique de l’utilisation des terres dans les plans institutionnels et réglementaires pour la gestion intégrée des écosystèmes et les services aux niveaux local et national; 
  2. Mettre en œuvre des mesures d’adaptation des CC ayant un impact d’atténuation, comme
    1. Restaurer les écosystèmes (réhabilitation des sols, contrôle de l’érosion et régulation de l’eau) 10 sites pilotes dans les 3 cercles concernés pour la mise à niveau des services écosystémiques prioritaires pour le développement durable et la réduction de la pauvreté face au CC,
    2. Renforcer durablement la résilience des ménages vulnérables aux PC en améliorant leurs conditions de vie et leurs moyens de subsistance; 
  3. Renforcement des capacités communautaires en matière de gestion des NR par rapport aux CC, de communication, de connaissances et de partage d’expériences.